Activité de l'Espace Européen pour la Sculpture


L'Espace Européen pour la Sculpture, asbl (anciennement Fondation Européenne pour la Sculpture) a été fondé par 40 personnalités culturelles européennes préoccupées de contribuer à favoriser une ouverture envers les régions d'Europe.
Il entend contribuer à la promotion des sculpteurs et de la sculpture à Bruxelles, en Belgique et hors frontières dans le domaine de l'art public principalement. Il dispose pour ses expositions du beau parc Tournay-Solvay à Boitsfort , espace superbement arboré d'espèces rares qui s'épanouissent sur un terrain vallonné, agrémenté d'étangs, de vergers, de potagers et d'une roseraie remarquable.

C
'est dans ce lieu magique que l'Espace Européen pour la Sculpture exerce une action culturelle originale axée sur les créations contemporaines d'artistes qui possèdent une vue et un langage personnel de notre univers dans ses relations privilégiées avec la nature.
L'Espace Européen pour la Sculpture demande aux artistes ,
auxquels l'asbl donne "carte blanche", de concevoir et réaliser des œuvres sculpturales en dialogue avec l'environnement et l'histoire des lieux.


Depuis sa création en 1989, l'Espace Européen pour la Sculpture s'est fixée comme objectif de faire mieux connaitre à Bruxelles, cœur de l'Europe, des artistes-plasticiens des différents États membres de l'Union européenne, en proposant à un artiste ressortissant du pays qui exerce la Présidence de l'Europe , d'investir le Parc Régional Tournay-Solvay (l'un des plus beaux parmi les quelques cent parcs publics de la région Bruxelles-Capitale, situé à Watermael-Boitsfort, quartier résidentiel à la lisière de la forêt de Soignes).

L'Espace Européen pour la Sculpture, dont le siège de la création et conception des activités se trouve dans la "villa blanche " au centre du Parc. Sa vocation est de contribuer à l'établissement d'un dialogue entre art et nature dans un espace public.

Ces vingt dernières années, l'Espace a invité des artistes européens de renommée internationale.
En 1992, l'exposition inaugurale "des sculpteurs et des arbres" réunissait les sculpteurs belges Philippe le Docte, Anne Nuthals, Bob Verschueren, Jephan de Villiers et André Willequet.

Vincent Strebell représente la Belgique en 1993.
En 1994, l'artiste grec Costas Tsoclis installe son "Arche" et l'artiste allemand Bernd Lohaus expose cinq œuvres monumentales.
En 1995, Marie Bourget représente la France.
L'italien Mauro Staccioli réalise en 1996 des installations impressionnantes suivant sa conception de géométrie construite, dont l'une restera dans le parc jusqu'en l'hiver 2008, époque durant laquelle les tempêtes successives anéantirent ce triangle sur pointe qui demeure dans la mémoire de tous ceux qui l'ont connu et aimé.
Au printemps 1997, pour représenter les Pays-Bas, le choix se porta sur Clémence van Lunen. L'artiste luxembourgeois Jean de la Fontaine a installé son "camping d'amour" dans le parc l'automne de la même année.
En 1998, l'Espace a accueilli l'artiste gallois David Nash, dans le cadre de la présidence britannique. cette même année, Gerhardt Moswitzer représenta l'Autriche.
L'Allemagne a été présente dans le parc au printemps 1999 avec Stephan Balkenhol, et la Finlande en automne avec Pirkko Nukari.

A l'occasion de la présidence française de l'an 2000, Anne et Patrick Poirier ont utilisé la magie naturelle des lieux pour nous faire découvrir leur vision sublimée de ce paradis perdu aux portes de la Capitale belge.
Lors de la présidence belge 2001, le parc a accueilli les œuvres de Patrick Corillon, Jan Fabre et Bob Verschueren.

Sous la présidence espagnole en 2002, Jaume Plensa a réalisé dans le parc des interventions in situ, conjugaison qui a pris une signification complémentaire dans le lien avec la nature, d'émotion poétique, de sensibilité et un bagage imprégné de culture.

En octobre 2003, pendant la présidence italienne, Giuseppe Giunta, artiste originaire de Bologne nous proposait des monuments en forme d'abris, symbolisant la protection de la sacralité de la nature, des valeurs positives de l'homme et des joies d'un âge bienheureux, en utilisant la force expressive des matériaux.

En automne 2004, dans le cadre de la présidence néerlandaise de l'Union européenne, Hans Lemmen, sculpteur et dessinateur, a exposé "Mind the Gap" dans le Parc Tournay-Solvay. Le titre de l'évènement est lié à l'impossibilité pour l'homme de s'unir à la nature. Le parc même est le produit de ce "gap" formé par le concept d'une nature agréable pour l'homme. Six œuvres exprimant ce sentiment de grincement y ont été exposées.

En 2006, Sophie Nyns , sculpteur pétillante de malice et d'esprit s'emballe pour l'écrin de verdure du parc Tournay-Solvay et choisi d'y présenter son œuvre: des dames dodues, nues et ailées, toutes de bronze, des fleurs géantes en plexiglas, une libellule, un centaure, des torses d'hommes au sourire énigmatique de bronze, eux aussi... qui ajoutent leur obole à la magie somptueusement automnale du Parc.

4 octobre 2007 : vernissage de l'exposition "les Voix Nomades" de José de Gumarães, artiste transculturel, à l'occasion de la Présidence portugaise de l'Union européenne, sous le Patronage de Monsieur José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne.
Une trentaine d'œuvres, de bronze, de d'acier et de néon, spécialement conçues à cette occasion d'après un poème de l'académicien belge Philippe Jones, illuminent le Parc Régional Tournay-Solvay.
Les mots ailés voltigent dans la poudre d'or des arbres.